Bienvenue
Fermer

Vous êtes adhérent Médicis mais n'avez pas encore accès à votre espace personnel ?

Activer mon compte

Vous n'êtes pas encore adhérent ?

Souscrire
Bienvenue
Fermer

Départ à la retraite, mode d'emploi !

Départ à la retraite, mode d'emploi - Fiche pratique | Médicis
Faire valoir ses droits à la retraite, en théorie, ce n'est pas très compliqué. Mais pas exempt de mauvaises surprises, en particulier financières... Même à quelques années de cesser votre activité, vous avez tout intérêt à réaliser un bilan personnalisé et à contracter une complémentaire facultative.

Le compte à rebours est enclenché ! 

Vous allez atteindre 62 ans et vous aurez bientôt cotisé le nombre de trimestres requis pour prétendre à une pension à taux plein*. Dans quelques années, quelques mois peut-être, vous allez enfin pouvoir goûter aux joies d'une retraite bien méritée. Mais attention, le moment venu, il vous restera quelques "formalités" à accomplir pour cesser votre activité dans les meilleures conditions possibles. Et, pour commencer, sachez que l’attribution de la retraite n’est pas automatique. Pour faire valoir vos droits, vous devrez impérativement en faire la demande.

Notre conseil est de vous y prendre au moins quatre mois avant la date d’effet de votre retraite, c’est-à-dire son point de départ. Mais avant de faire la demande, il peut être utile de demander un recalcul de vos cotisations sociales provisionnelles du RSI sur vos revenus estimés, afin de payer des charges en fonction de vos revenus de l’année en cours. Ensuite, concrètement - et même si vous avez cotisé tout au long de votre carrière à plusieurs régimes de base - vous n’aurez qu’une seule demande de retraite à formuler, auprès de la dernière caisse de retraite à laquelle vous avez cotisé. Cette demande peut se faire par écrit, par téléphone ou en vous rendant physiquement à votre caisse de retraite.

Vous devrez remplir un imprimé « demande de retraite personnelle » à obtenir auprès de votre caisse de retraite ou à télécharger sur le site de la Caisse nationale d'Assurance vieillesse. Vous devrez retourner cet imprimé à votre caisse de retraite avec les pièces justificatives. Elle transmettra ensuite les informations aux autres régimes éventuellement concernés. Vous connaîtrez alors précisément le montant réel de votre pension de retraite, dont le paiement sera mensualisé et interviendra directement par virement sur votre compte entre le 8 et le 10 du mois suivant.

Tout devrait donc bien se passer... en théorie. Car il n'est pas rare que des anomalies se glissent dans les dossiers... ou que vous soyez franchement déçu par le montant réel de votre pension, qui marquera une baisse considérable de votre pouvoir d'achat car, en moyenne, les chefs d'entreprise voient leur revenu disponible diminuer de moitié. Pour éviter les mauvaises surprises, sur ces deux points, l'idéal est d'anticiper, au moins cinq ans avant le départ en retraite. Et la solution la plus simple est de faire réaliser un bilan personnalisé par un assureur ou une mutuelle.

Anticipez votre départ en réalisant un bilan retraite personnalisé

La Mutuelle Médicis, spécialiste de la retraite des indépendants et chefs d'entreprise, vous propose par exemple d’échanger avec un conseiller spécialisé. Avec lui, vous pourrez remettre à plat l’ensemble de votre parcours, repérer (et faire corriger) d'éventuelles anomalies et calculer une estimation réaliste de votre future pension. Ce qui sera peut-être l'occasion de réaliser qu'il est utile de vous assurer un revenu complémentaire une fois à la retraite, sous la forme d'un Contrat Madelin ou d'un PERP (Plan d'Epargne Retraite Populaire). Le premier est réservé aux Travailleurs Non-Salariés et le second ouvert à tous, aussi bien aux TNS qu'aux dirigeants salariés. L'un et l'autre vous permettent de déduire tout ou partie de vos cotisations de votre disponible fiscal (qui vous est personnel) lorsque vous êtes encore en activité. Et, à la retraite, vous percevez un revenu complémentaire sous la forme d'une rente viagère. Une bonne solution, même si vous n'avez cotisé que quelques années.

De 165 à 172 trimestres en fonction de votre année de naissance. 

Faut-il racheter des trimestres de cotisation avant la retraite ?
Rachat des trimestres de cotisation - Article | Médicis