Bienvenue Fermer

Vous êtes adhérent Médicis mais n'avez pas encore accès à votre espace personnel ?

Activer mon compte
Bienvenue Fermer

Comment augmenter votre retraite grâce à la surcote ?

Augmenter votre retraite grâce à la surcote
Votre date de départ à la retraite approche ? Après avoir fait un point complet sur l’ensemble de vos droits à retraite, si vous arrivez à la conclusion que le montant de votre retraite de base s’avère insuffisant, vous pouvez envisager de continuer à travailler au-delà de l’âge légal de départ à la retraite afin d’améliorer le montant de votre retraite grâce au mécanisme de la surcote.

Qu’est-ce que la surcote ?

Vous allez atteindre l'âge légal de départ à la retraite, c'est-à-dire l’âge à partir duquel vous pouvez faire liquider vos pensions de retraite de base ? Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, il vous faut justifier d’une durée d’assurance minimale (nombre total de trimestres retraite) appréciée tous régimes de base confondus.

La durée d’assurance minimale correspond au nombre de trimestres retraite à cotiser pour percevoir une retraite à taux plein, avant l’âge du taux plein. Cette durée dépend de l’année de naissance de l’assuré.

Si vous décidez de poursuivre votre activité professionnelle au-delà de l’âge légal de la retraite et au-delà de la durée d’assurance minimale nécessaire pour une retraite à taux plein, vous bénéficierez, grâce au mécanisme de la surcote, d’une majoration de votre pension de retraite de votre régime de base.

Calcul de la surcote

Trimestres retraite pris en compte pour le calcul de la surcote

Seuls les trimestres retraite ayant donné lieu à cotisations à la charge de l’assuré sont, en principe, pris en compte pour apprécier la durée d’assurance au-delà de laquelle le droit à surcote est ouvert.

Les majorations de durée d’assurance ne sont pas prises en compte, à l’exception de celles accordées au titre des enfants et du handicap.

Taux de la surcote

Le taux de la surcote est fixé par trimestre supplémentaire entier cotisé après l’âge légal de départ à la retraite et au-delà de la durée d’assurance requise pour avoir une retraite à taux plein.

Pour les périodes cotisées du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2008, la majoration est de :

  • 0,75 % du 1er au 4e trimestre de surcote,
  • 1 % au-delà du 4e trimestre de surcote,
  • 1,25 % par trimestre de surcote accompli après le 65e anniversaire.

Pour les périodes cotisées depuis le 1er janvier 2009, la majoration est égale, quel que soit l’âge de l’assuré ou le rang du trimestre, à 1,25 % par trimestre, soit 5 % l’année.

Exemple de calcul de surcote :

Vous êtes un commerçant de 62 ans et avez validé tous vos trimestres. Votre pension de base est de 1 000 euros. Vous décidez de travailler 8 trimestres de plus. Votre pension de base sera augmentée de 10 %. Vous toucherez 100 euros en plus par mois.

Faut-il opter pour le cumul emploi-retraite ou la retraite progressive ?

Si vous voulez augmenter vos revenus au moment de la retraite, vous pouvez bien entendu opter pour un cumul emploi-retraite. Il faut cependant savoir que les jours travaillés dans ce cadre ne permettent pas, sauf exception, de bénéficier de trimestres supplémentaires pour la surcote. Autrement dit, l’augmentation de revenu n’est valable que le temps où vous cumulez emploi et retraite.

En revanche, si vous optez pour la retraite progressive, c'est-à-dire un temps partiel en fin de carrière pendant lequel vous touchez une fraction de votre future pension, vous engrangez des trimestres permettant de bénéficier d’une surcote. Attention cependant, même si la retraite progressive peut se mettre en place dès 60 ans, le compteur pour la surcote ne démarre qu’à l’âge légal minimum (soit 62 ans). Par ailleurs, il faut savoir que les professions libérales n'ont pas accès à la retraite progressive.