A A
Age de départ à la retraite et nombre de trimestres retraite requis

Age de départ à la retraite et nombre de trimestres retraite requis

Vous pouvez partir à la retraite dès l’âge légal minimum ou plus tard. En règle générale, plus vous partez tard plus le montant de votre retraite sera élevé puisque ce montant dépend non seulement des revenus d’activité ou des salaires que vous avez perçus durant votre carrière mais également du nombre de trimestres retraite acquis. Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, vous devez avoir un certain nombre de trimestres retraite cotisés ou avoir atteint l’âge de la retraite à taux plein automatique.

Age légal de départ à la retraite

Que vous soyez commerçant, artisan, chef d’entreprise TNS ou salarié de votre propre entreprise, l'âge légal de départ à la retraite, c'est-à-dire l’âge à partir duquel vous pouvez faire liquider vos pensions de retraite de base (même si vous n’avez pas suffisamment cotisé pour bénéficier d’une retraite à taux plein), est fixé à

  • 62 ans (pour les personnes nées depuis le 1er janvier 1955).

Bien entendu, vous pouvez continuer à travailler au-delà de l’âge légal, que vous ayez ou non suffisamment cotisé pour avoir une retraite à taux plein. Cela vous permettra d’améliorer le montant de votre retraite.

Pour en savoir plus, cliquez ici afin de calculer votre âge légal de départ à la retraite.

A noter : dans les régimes complémentaires Arrco et Agirc, il est théoriquement possible de demander la liquidation de sa retraite avant l’âge de 62 ans (pour les personnes nées depuis 1955). Mais le coefficient de minoration qui est appliqué dans ce cas est dissuasif.

Cas de départ en retraite anticipée

Il est possible, dans certaines situations, de partir à la retraite avant d'avoir atteint l'âge légal de la retraite tout en bénéficiant d’une retraite de base et complémentaire à taux plein.

Retraite anticipée pour carrière longue

Pour bénéficier d'une retraite anticipée pour carrière longue et pouvoir partir en retraite avant l'âge légal, que vous soyez TNS ou salarié de votre propre entreprise, vous devez avoir commencé à travailler avant l’âge de 20 ans et remplir les conditions suivantes :

  • justifier d'une durée de cotisation minimum (nombre de trimestres cotisés), tous régimes de base confondus, sur l'ensemble de votre carrière,
  • justifier d'une durée de cotisation minimum en début de carrière (avant l’âge de 16 ou 20 ans, selon le cas).

Ces conditions de durée d'assurance varient en fonction de votre année de naissance, de l'âge auquel vous avez commencé à travailler et de l'âge auquel vous souhaitez pouvoir partir à la retraite (entre 57 et 60 ans, selon le cas).

Pour en savoir plus, cliquez ici afin d'accéder au simulateur de départ à la retraite anticipée pour carrière longue.

Retraite anticipée pour handicap

Que vous soyez TNS ou salarié de votre entreprise, vous pouvez bénéficier d'un départ anticipé à la retraite pour handicap si vous justifiez d'un certain taux de handicap, d'une durée d'assurance minimum et d’un certain nombre de trimestres cotisés durant la période de handicap.

Pour en savoir plus, cliquez ici afin d'accéder au simulateur de départ à la retraite anticipée en cas de handicap.

Retraite anticipée liée à la pénibilité du travail

Si vous êtes salarié de votre entreprise, vous pouvez bénéficier d'un départ anticipé à la retraite lié à la pénibilité de votre travail, dans deux situations :

  • retraite pour incapacité permanente : dans ce cas, il vous faut justifier d'une incapacité permanente d'origine professionnelle d'au moins 10 % (sous conditions) ;
  • utilisation de votre compte professionnel de prévention : si vous avez accumulé un nombre minimal de points sur votre compte professionnel de prévention (C2P), vous pouvez utiliser ces points pour majorer votre durée d'assurance pour la retraite (dans la limite de 8 trimestres retraite) et ainsi bénéficier d'un départ à la retraite anticipé.

Combien faut-il de trimestres pour une retraite à taux plein ?

Pour bénéficier d’une retraite de base et complémentaire à taux plein, il faut :

  • avoir atteint au moins l’âge légal de départ à la retraite et justifier d’une durée d’assurance minimale (c’est-à-dire d’un nombre total de trimestres retraite cotisés) appréciée tous régimes de retraite de base confondus (sauf cas de départ en retraite anticipée) ;
  • ou, à défaut, avoir atteint l’âge du taux plein automatique (fixé entre 65 et 67 ans, voir ci-après).

Conditions de validation d’un trimestre retraite (trimestre cotisé)

Attention, la notion de trimestre retraite ne correspond pas à un trimestre civil. Les trimestres retraite ne sont pas décomptés de date à date mais à partir des cotisations versées.

Depuis le 1er janvier 2014, pour valider un trimestre retraite, il faut avoir cotisé sur la base d’une rémunération minimale égale à 150 fois le SMIC horaire en vigueur au 1er janvier de l’année considérée. En 2021, il faut donc avoir cotisé sur la base de 1 537,50 € pour valider un trimestre retraite. Il suffit donc de gagner 4 x 150 SMIC, soit 4 x 1 537,50 € = 6 150 € bruts, pour valider ses 4 trimestres et donc son année 2021.

Durée de cotisation pour la retraite

La durée d’assurance minimale correspond au nombre de trimestres retraite qui doivent être cotisés pour percevoir une retraite à taux plein, avant l’âge du taux plein. Cette durée de cotisation pour la retraite dépend de l’année de naissance de l’assuré.

Nombre de trimestres requis

Les trimestres retraite qui permettent d’acquérir des droits à retraite sont principalement les suivants :

  • les trimestres validés durant l’activité professionnelle grâce aux cotisations retraite versées (trimestres cotisés) ;
  • les périodes non travaillées durant lesquelles l’assuré reçoit des prestations sociales (maladie, maternité, congés d’adoption, chômage involontaire, invalidité, etc.) assimilées à des trimestres d'assurance (on parle de trimestres assimilés
  • les situations ouvrant droit à majoration de trimestres : maternité, éducation, congé parental, enfant handicapé, aidants familiaux ;
  • les trimestres retraite rachetés.

La durée d'assurance retraite (nombre total de trimestres retraite) permet de fixer le taux de la pension de retraite versée et de déterminer si le montant de la pension fait l'objet ou non d'une réduction (décote).

Périodes non travaillées ouvrant droit à des trimestres pour la retraite

Chômage et retraite : si vous avez été au chômage durant votre carrière, vous bénéficiez de trimestres validés dans des conditions qui varient selon que chaque période de chômage a été indemnisée ou non. Les revenus versés par les assurances chômage sont soumises aux cotisations retraite. Les périodes de chômage indemnisées sont donc prises en compte pour le calcul de la durée totale d’assurance. Lorsque le chômeur n’est pas indemnisé, des règles de validation plus restrictives sont appliquées.

Maladie et retraite : si vous avez perçu des indemnités pour maladie durant votre carrière, vous bénéficiez d'un trimestre validé pour chaque période d'indemnisation de 60 jours.

En cas de trimestres supplémentaires : application d’une surcote

Les assurés qui poursuivent leur activité professionnelle après l’âge légal minimum de la retraite et au-delà de la durée d’assurance nécessaire pour une retraite à taux plein bénéficient d’une majoration de leur pension de retraite de base.

Les règles applicables au calcul de la surcote diffèrent selon la date de liquidation de la pension.

En savoir plus sur la surcote : voir notre article « Augmenter votre retraite : avez-vous pensé à la surcote ? »

En cas de trimestres retraite insuffisants : application d’une décote

Une diminution de la pension de retraite (retraite de base et retraite complémentaire) est appliquée lorsque la retraite est liquidée sans avoir atteint l’âge du taux plein et sans avoir cotisé le nombre de trimestres requis pour obtenir une retraite à taux plein.

En savoir plus : voir notre article « Quelle retraite pour l’assuré qui n’a pas tous ses trimestres retraite ? ». 

Âge de la retraite à taux plein

L'âge du taux plein est l'âge à partir duquel la retraite est automatiquement calculée au taux plein, même si la durée minimale d'assurance requise n'est pas remplie. L’âge du taux plein dépend de la date de naissance de l'assuré :

Age de départ à la retraite à taux plein

Par dérogation, certaines catégories de personnes bénéficient, sous conditions, d’une retraite à taux plein dès l’âge de 65 ans : aidants familiaux d’une personne handicapée, parents d’un enfant handicapé, etc.