A A
Travailler et améliorer sa retraite : retraite progressive, cumul emploi-retraite, rachat de trimestres

Travailler et améliorer sa retraite : retraite progressive, cumul emploi-retraite, rachat de trimestres

Travailler à la retraite peut être un choix personnel ou une nécessité pour compléter une retraite insuffisante. La retraite progressive et le cumul emploi-retraite sont deux dispositifs qui permettent de cumuler, sous certaines conditions, un revenu d’activité professionnelle et une retraite. Et avant le départ à la retraite, pour anticiper, il est possible de recourir au rachat de trimestres et à la surcote en vue d’augmenter son nombre de trimestres retraite et de majorer ainsi le montant de sa future retraite.

Travailler à la retraite : retraite progressive

La retraite progressive est un dispositif qui vous permet de poursuivre votre activité professionnelle à temps partiel tout en bénéficiant d'une partie de votre retraite. Vous pouvez ainsi cumuler retraite et temps partiel.

Ce dispositif est ouvert aux commerçants, artisans et chefs d’entreprise TNS comme aux salariés de leur propre entreprise qui souhaitent travailler à la retraite.

Avantage : pendant toute la période de retraite progressive, vous continuez à cotiser pour votre retraite et vous accumulez des points pour votre retraite définitive.

Conditions de la retraite progressive

Pour bénéficier d’une retraite progressive, vous devez :

  • Avoir l'âge légal de départ à la retraite diminué de 2 années (sans toutefois pouvoir avoir moins de 60 ans) ;
  • Justifier d’au moins 150 trimestres retraite, tous régimes de retraite de base confondus ;
  • Exercer, pour les TNS, une activité artisanale ou commerciale et, pour les salariés de leur entreprise, une ou plusieurs activités à temps partiel (la somme des activités à temps partiel doit être comprise entre 40 % et 80 % de la durée légale ou conventionnelle du travail applicable dans l’entreprise).

Montant de la retraite progressive

Le montant de la pension de retraite progressive est calculé en fonction de la diminution des revenus professionnels (pour les TNS) ou de la diminution du temps de travail (pour les salariés). Le montant de la retraite correspond à un pourcentage de la pension de retraite de base et de la pension de retraite complémentaire.

Exemple de calcul de part de retraite versée pendant la retraite progressive

La première année, le TNS perçoit la moitié de sa pension de retraite à titre provisionnel. Si le revenu perçu n’a baissé que de 20 à 50 %, il doit rembourser la différence. Lorsque la baisse de revenu est inférieure à 20 %, la pension de retraite n’est pas versée.

Au moment du départ en retraite définitif, la pension de retraite est recalculée en intégrant les droits acquis au titre des cotisations versées pendant la période de retraite progressive.

Pour en savoir plus, consultez notre article sur la retraite progressive.

Travailler à la retraite : le cumul emploi-retraite

Une fois à la retraite, vous pouvez, sous certaines conditions, reprendre une activité professionnelle indépendante ou salariée et ainsi cumuler votre retraite avec le revenu d’une activité. Il existe deux dispositifs de cumul emploi-retraite : le cumul emploi-retraite libéralisé et le cumul emploi-retraite plafonné.

Vous devez au préalable, en principe, avoir cessé toutes vos activités professionnelles non-salariées et salariées. Et peu importe que vous repreniez une activité professionnelle relevant du même régime que celui qui vous verse votre retraite ou d’un autre régime.

A noter : cette reprise d’activité ne vous permet pas d'obtenir de nouveaux droits à retraite, quel que soit le régime de retraite (pour ceux qui reprennent une activité non-salariée, à partir du moment où la première pension de retraite de base a été obtenue depuis 2015, sauf exceptions).

Cumul emploi-retraite libéralisé

Le cumul emploi-retraite libéralisé permet de cumuler intégralement la pension de retraite (retraite de base et retraite complémentaire) et le revenu professionnel, sans limite.

Pour cela, il faut :

Cumul emploi-retraite plafonné

Si les conditions pour bénéficier du cumul intégral emploi-retraite ne sont pas remplies, il est possible de cumuler le revenu professionnel et la pension de retraite (retraite de base et retraite complémentaire) si le revenu professionnel ne dépasse pas certains plafonds (plafonds différents selon que vous repreniez une activité artisanale ou commerciale ou une activité salariée).

Pour en savoir plus, consultez notre article sur le cumul emploi-retraite.

En cas de retraite anticipée

Si vous bénéficiez d’une retraite anticipée (carrière longue, handicap), vous pouvez bénéficier du dispositif du cumul emploi-retraite plafonné tant que vous n’avez pas atteint l’âge légal de départ à la retraite.

Rachat de trimestres

Pour bénéficier d'une retraite de base à taux plein dès l'âge légal de départ à la retraite, vous pouvez racheter des années d'études et des années incomplètes et, si vous êtes TNS, racheter des trimestres manquants des 6 dernières années.

Autre possibilité : racheter des trimestres pour valider des périodes pour lesquelles vous n'avez pas cotisé dans certaines situations spécifiques (activité salariée à l’étranger, aide bénévole auprès d’un membre infirme ou invalide de votre famille, etc.).

Rachat de trimestres retraite : rachat d’années d'études supérieures ou d’années incomplètes

Ce dispositif de rachat de trimestres retraite est ouvert aux indépendants TNS, aux salariés, aux professionnels libéraux, etc. Il permet de racheter, sous conditions et dans une certaine limite, des trimestres retraite au titre :

  • des années d'études supérieures (un dispositif particulier de rachat de trimestres est ouvert pour les jeunes actifs) ;
  • des années civiles ayant donné lieu à la validation de moins de 4 trimestres retraite (années incomplètes).

Vous pouvez choisir de faire votre rachat de trimestres pour augmenter uniquement le taux de calcul de votre retraite ou pour augmenter simultanément le taux et le nombre de trimestres retraite pris en compte pour le calcul de votre retraite (dans la limite de la durée d’assurance maximum).

Le coût des trimestres retraite dépend de votre âge au moment du rachat, de l’option que vous choisissez (rachat de trimestres pour le taux seul ou pour le taux et la durée d’assurance) et de vos revenus professionnels des 3 années qui précèdent la demande de rachat.

Il est possible de demander un échelonnement des versements au titre du rachat de trimestres.

Prenez contact avec votre caisse de retraite pour vérifier votre éligibilité au dispositif, effectuer une simulation afin d’apprécier l'intérêt d’un rachat de trimestres et demander une estimation du coût.

Pour en savoir plus, consultez le service de l’Assurance retraite : Simuler le coût d'un rachat de trimestres.

Rachat de trimestres retraite manquants des 6 dernières années (rachat Madelin)

En tant que TNS affilié à la Sécurité sociale pour les indépendants (ex RSI) (ou radié depuis moins d'un an), vous pouvez racheter des trimestres de retraite à condition de respecter les conditions suivantes (dispositif « rachat Madelin ») :

  • Avoir exercé exclusivement une activité relevant du RSI ou de la Sécurité sociale pour les indépendants, sauf sur les années incomplètes ;
  • Être à jour dans le paiement des cotisations retraite et invalidité-décès ;
  • Racheter pour les 6 dernières années, dont le revenu définitif est connu, la totalité des trimestres manquants par année.

La base de calcul du montant d'un trimestre racheté tient compte de la moyenne des revenus non-salariés cotisés et de l'âge de l'assuré au moment du rachat.

Ce rachat permet aux revenus concernés d'être pris en compte dans le revenu annuel moyen lors du calcul de la retraite de base et dans le nombre de trimestres validés pour ce calcul.

Pour en savoir plus, consultez notre article sur le rachat de trimestres de cotisation avant sa retraite.

Médicis, spécialiste de la retraite complémentaire des indépendants et entrepreneurs, vous propose, sur rendez-vous ou par téléphone, de rencontrer un conseiller spécialisé pour vous aider dans votre réflexion et vos démarches.

Surcote

Chaque trimestre retraite supplémentaire travaillé au-delà de votre durée d'assurance minimale (c’est-à-dire au-delà du nombre de trimestres retraite requis, selon votre année de naissance, pour bénéficier d’une retraite à taux plein) vous permet d’augmenter votre retraite grâce au dispositif de la surcote.