Bienvenue
Fermer

Vous êtes adhérent Médicis mais n'avez pas encore accès à votre espace personnel ?

Activer mon compte

Vous n'êtes pas encore adhérent ?

Souscrire
Bienvenue
Fermer

Et la retraite progressive, vous y avez pensé ?

Retraite progressive - Fiche pratique | Médicis
Depuis 2014, la retraite progressive permet aux chefs d'entreprise de lever le pied sans arrêter complètement leur activité à partir de 60 ans. Une bonne solution pour ceux qui souhaitent préparer la relève en douceur.

Votre entreprise, vous l’aimez. Normal, c’est vous qui l’avez créée et c’est vous qui la portez à bout de bras depuis tant d’années. Mais justement, peut-être pensez-vous que le moment est venu de lever le pied... sans pour autant être en mesure de prendre votre retraite immédiatement. Il existe un dispositif méconnu et pourtant accessible depuis la réforme du 20 janvier 2014 aux chefs d’entreprise et aux travailleurs indépendants à partir de 60 ans, comme elle l’est pour les salariés : la retraite progressive. A condition d’avoir réuni au moins 150 trimestres de cotisations.

Soufflez un peu, préparez la relève

Schématiquement, il s’agit de liquider une partie de vos droits à la retraite en réduisant votre activité professionnelle. Ce qui présente plusieurs avantages : vous pourrez souffler un peu tout en laissant votre potentiel successeur ou repreneur prendre davantage de responsabilités et gagner en expérience. Et ce sans être forcément (trop) perdant financièrement. Car, durant cette période qui présente, au fond, des allures de temps partiel, vous percevez une fraction de votre future pension (de base et complémentaire) tout en continuant à cotiser pour préparer les conditions de votre départ définitif à la retraite.

Première étape, vous devez impérativement réaliser un bilan retraite afin de déterminer le niveau de pension complétive qui viendra s’ajouter aux revenus professionnels en fonction du temps que vous souhaitez dégager. Ensuite, le calcul est plutôt simple, du moins en théorie : un revenu en baisse de 40% donne droit à une pension équivalente à 40% de celle qui aurait été versée dans le cadre d’une retraite complète. Sachant que vous pouvez, légalement, vous situer dans une fourchette allant de 40% à 80% de votre revenu antérieur.

Exemple concret :
Un chef d'entreprise qui gagnait jusqu'alors 40 000 € par an au titre de son activité principale décide de réduire son activité de 40%. Si sa pension à taux plein est de 30 000 €, la fraction de pension globale qu'il percevra de son organisme de retraite sera de 12 000 € par an.

Vous continuez à accumuler vos droits

Mais attention, il y a des subtilités : le montant de votre retraite sera fixé de façon forfaitaire à 50% de la pension la première année et le premier semestre de l'année suivante, délai de publication des comptes annuels oblige. Ce montant sera ensuite réajusté chaque 1er juillet en fonction des revenus réels, la caisse pouvant selon les cas accorder un supplément ou opérer une retenue sur les échéances à venir.

En tout état de cause, vous pouvez, durant cette période, continuer à accumuler des droits retraite sur la base d’un temps partiel, ou d’un temps plein si vous optez pour une formule de sur-cotisation. Au moment de votre départ définitif en retraite, votre pension est réajustée en intégrant l’ensemble de vos droits acquis pendant la période de retraite progressive.

Comment lire votre relevé de carrière ?
Comprendre relevé carrière - Dossier | Médicis
La quarantaine, le moment idéal pour un premier bilan retraite
La quarantaine premier bilan retraite - Article | Médicis